-------- " Croire quand même , Espérer quand même , Aimer quand même... " ----------

-------------------------------------Théodore Monod-----------

mercredi 16 avril 2014

À Saint Céneri-le-gérei ...


sur un chemin particulier ...


Fièrement , mais tendrement , elle trône , elle rafraîchit ;
elle rafraîchit autant que la Sarthe qui traverse son village ,
un des plus beaux de France ... !


À l' intérieur , la lumière chaude de l' été
éclaire le saint des saints
si joliment habillé de fresques découvertes récemment ...

Sur le côté gauche de l' église un petit chemin de croix
ô combien discret captive  le regard ...
 je pensais alors :


 T' étais où  ,
 quand ils l' ont arrêté pour le juger ...?


T' étais où  ,
quand chargé du bois de la croix ,
il est tombé pour la 1° fois. ?


T' étais où ,
quand sur le chemin , il console Marie sa mère ,  comme lui
elle savait  ce qui l' attendait ...?


quand après être tombé encore une fois ,
Simon de Cyrène lui vient en aide ...
 T' étais où ?


... Comme il devait se sentir seul
quand sous les quolibets et les crachats
il parlait aux femmes de Jérusalem ... !!


... bien sur ,  tu l' avais prévenu , mais ...
t' étais où quand il est tombé pour la 3° fois ...?


qu' ils l' ont crucifié ...


T' étais où ,
quand ivre de souffrances ,
 il s' est cru abandonné par Toi ... ?


Quand tout fut fini , ils l' ont  descendu de la croix ;
et moi ...  j' me dis que... c' est pas humain toute cette histoire ..!!


Seras-tu là ...
au matin de Pâques , quand la pierre se renversera
et qu' il ressucitera ...?
C' est toi qui l' a dit ... c' est  invraisemblable ... !!
Mais , peut-être que  , comme Jean Guitton ,

" Je ne puis croire qu' à l' invraisemblable .
Car le vraisemblable ne serait selon toute vraisemblance ,
qu' un produit humain ... " ! :-)




Derrière l' église  ,
le pré venait d' être fauché ,
découvrant ainsi le petit oratoire  de St Céneri ...
Tu étais là ... et tu disais :

 - le monde serait tellement meilleur si chacun ,
à sa façon
 aidait à la moisson ...! :-)



On peut toujours essayer ...?

***

Le chemin de croix est l' oeuvre du sculpteur et peintre  Christian Malézieux , un enfant du pays qui s' est marié en cette église ...

Très Joyeuses Fêtes de Pâques à chacun de vous ... :-)

mardi 8 avril 2014

Le temps des cerisiers en fleurs ...


" Ce monde
n' est plus que
fleurs de cerisiers ..."
                                                       


Le haïku de Ryökan
fit renaître un vieux souvenir
à la mémoire du vieux moine
assis devant son humble cabane
de branchages...
- écoute ...dit-il à son ami  :

Comme les fleurs de cerisiers ,
" l' amour s' en va ..."
" Le bourgeon qui éclôt , fleurit , 
s' épanouit , flétrit et
redevient poussière .
Tout ce qui nait , meurt , 
tout ce qui vient s' en va et 
manifeste ainsi le " cela " ,
l' éternel Atma ,
qui seul demeure . "




" Un jeune homme  pauvre nommé Iruka
aimait de toute la folie de son coeur une jeune fille riche , et belle de surcroît . "


" Comme il était lettré , Iruka écrivit à sa bien-aimée une lettre d' amour chaque jour pendant trois longues années , sans faillir une seule fois .
La troisième année , il osa lui suggérer de lui faire un signe
à l' occasion de la fête du bon . "


" Mais la bien-aimée ne répondit pas ,
ne le regarda même pas , et ne lui manifesta jamais le moindre intérêt .
Alors le coeur d' Iruka se lassa .
Il songea à devenir moine , ce qu' il fit en effet ;
Et le temps passa ... "


" Un matin de printemps ,
il allait chercher de l' eau au puits situé près de son ermitage ,
quand Iruka rencontra Chujö ,
pour la première et la dernière fois de sa vie .
Elle se jeta à ses pieds :
- Iruka ! s' écria-t-elle , j' ai cheminé de longs mois avant de te retrouver ,
enfin je te vois , admirable Iruka !
Ton amour dont mille lettres témoignent a fini par toucher mon coeur .


" En disant ces mots elle dévoila son visage caché jusque-là
par un fin voile de soie , et sa beauté était telle
qu' elle fit pâlir l' éclat du jour .
- Je suis à toi , Iruka , je t' aime aujourd' hui comme tu m' aimais autrefois .


Iruka lui répondit :
- Il est trop tard , Chujö , j' ai rompu tout lien avec cette sorte d' amour .
Je suis moine .
Et sans un regard il la quitta .
Chujö , de désespoir , se jeta dans la rivière et s' y noya .
En apprenant la nouvelle , Iruka composa ce poème :


- Elle ne reste pas sur la branche ,
la fleur de cerisier ,
elle meurt avant l' été -

" Cette histoire est maintenant du passé . 
Tout ce qui naît , meurt . 
Tout ce qui vient , s' en va , et ne demeure que l 'éternel Atma..."

                                                                   Henri Brunel 
                                                                   - Les plus beaux contes zen -


***

Qu'ils soient  à fleurs ou à fruits , les cerisiers sont fascinants...:-)
   Dans le verger de mon grand-père , ils étaient déjà les rois ...
Aux oreilles , les jumelles accrochées , 
rythmaient ma gourmandise autant que ma cueillette ...
Je n' ai jamais oublié les goûters de clafoutis de ces jours heureux ...!!

                                                                Et pour vous ,
        c' était comment le temps des cerises..?

                                                     

lundi 31 mars 2014

L' imprévu ..:-)


Ce matin l' air était doux ,
le soleil et les nuages étaient occupés à la lumière ,
une irrésistible envie d' ailleurs me promettait des surprises , je le sentais ;
j' étais attendue quelque part , c' était sur ,
mais pour découvrir quoi ... ?


Nichée sur le coteau , elle accrocha mon regard ;
comment ne pas s' arrêter pour la saluer et lui dire simplement :
" Merci pour ce moment .... ? "


Première sortie de printemps ...
Un joli tableau que j' ai primé à la beauté  de ce jour ...?


Doucement je m' approchais  , hypnotisée  je les entendais dire :
 Et oui.. " une jolie vache déguisée en fleur ...  ça change tout ...!! "


Comme il était fier le capitaine
à la proue de son bateau ...


fier de célébrer simplement
le mariage de la lumière et de l' eau ... !!


Sur le bord  du chemin , la chorale entamait
la marche nuptiale ,


tandis que de l' autre côté , deux curieuses , jalouses
se prenaient pour des orchidées ... !! :-)

***

Le hasard de ma lecture du soir : " Autoportrait au radiateur " 
 m' apporta une conclusion qui me combla :

" C' est l' imprévu que j' espère et lui seul .
Partout , toujours .
 Dans les plis d' une conversation , dans le gué d' un livre , 
dans les subtilités d' un ciel .  
Je le guette autant que je l' espère .
Ce à quoi je ne m' attends pas , c' est cela que j' attends... "

                                                         Christian Bobin ( et oui ... encore ! )