vendredi 21 juillet 2017

Sur la montagne d' Iraty ...

La route des crêtes s' élève doucement ,
les nuages laissent  passer quelques rayons , 
les couleurs  d' Iraty sont au rendez-vous ... :-)


C' est pour elle que nous sommes grimpés jusque' ici ...
Au milieu des pâturages , une étrange chapelle a poussé là
comme un champignon ...


Elle est construite de pierres calcaire et de grès gris .
Elle existait déjà au XII° siècle , elle est de style roman ,
les ouvertures très étroites de ce temps le prouvent  .
Elle dépendait de la commanderie de l' Ordre de Malte
La " Sanctus Salvador " est son nom
autrement dit : la chapelle St Sauveur ...


Une croix sur son socle , telle une crois de chemin sanctifie les lieux ...
on peut voir sur un côté le soleil  et sur l' autre , serait-ce une date ...?


Elle fut restaurée au milieu du XVIII° siècle
par le curé de Béhorléguy
Jean Oxoby-Indart


Son nom et la date de la restauration sont inscrits
sur la porte en plein cintre .


De 1942 à 1944
de nombreux patriotes belges rejoignirent les forces alliées
par ces montagnes d' Iraty..
 Ce lieu fut une halte sur le chemin de la liberté ...


Un socle en pierre grise et une croix contre le mur
nous posent question ... ?


En faisant le tour de la chapelle à la modeste toiture 
 on découvre alors 12 stations d' un chemin de croix ...!


Un cube de pierre encerclé de fer soutient une croix .


On distingue mal les inscriptions sur chacune d' elles ...


La 13° station est la grande croix qui nous accueillit ,
il est très difficile de distinguer les sculptures très érodées :
un soleil ou un ostensoir ...une date ... ?


Un peu comme un buzard j' ai survolé  ces lieux  étonnants ,
laissant planer bien des mystères ... :-)
Envoutée par la  simplicité de cet endroit où la respiration est méditation ,
je suis redescendue dans la vallée les yeux émerveillés par
la splendeur et la majesté des montagnes du Pays Basque ...!!


mardi 27 juin 2017

Au pays basque , la Villa Arnaga

Un temps brumeux nous cachait la montagne ,
nous voilà donc partis à la découverte d' une oeuvre d' Edmond Rostand ...
Non non pas Cyrano de Bergerac
mais juste celui de sa Villa ... Arnaga ... :-)



Arnaga a d' abord été un rêve , son rêve ...
C 'est en 1902 qu' il fait l' acquisition d' une colline paturée
ayant pour " fond d' écran " un joli panorama sur les Pyrénées ...


Il fourmille d' idées Edmond , il donne vie à son projet


son souci permanent : la perfection ,  le luxe et le modernisme ... !


Paul Faure nous raconte :
" Avant tout, Rostand se demanda comment il appellerait sa future maison ...


" .... et il pensa lui donner le nom du cours d' eau qui serpente 
au bas de l' éperon sur lequel il allait la planter , l' Arraga ...


" Mais Arraga est un son bien dur , bien rauque ...


" Rostand pour l' adoucir y glissa un n ,


" et c' est ainsi qu' Arraga devint Arnaga ..."


Oh ..!! sur la commode ,
l' encadreur encadré m' a charmé .. !! :-)


Pendant ce temps ,
le soleil revenait doucement sur les jardins ...


La si rassurante Rosemonde Rostand écrivait ceci :
" Ce qui préoccupe surtout mon mari ,
c' est le jardin ,


" car l' endroit étant très vaste et parfaitement inculte ,
il nécessite une complète invention ..."


C' est un travail colossal qui fut réalisé là avec des moyens énormes ...
Il y a tellement plus à découvrir que ce que je vous raconte  ... !!
Allez y un jour ... il vous y invite . et comme à moi
il vous dira :

" Toi qui viens partager notre lumière blonde ,
Et t' assoir au festin des horizons changeants ,
N' entre qu' avec ton coeur , n' apporte rien du monde ,
Et ne raconte pas ce que disent les gens ..."

                                                             Edmond Rostand
                                                                                    pour Arnaga



lundi 19 juin 2017

De l' eau aux moulins ... ...



Ce week-end plein de soleil
André et Pimprenelle 
offraient aux amoureux des moulins 
la visite d' une propriété très privée , 
aujourd'hui' hui
transformée en havre de paix .

Le  temps était idéal pour  découvrir 
la vie  d' une forge d' autrefois .








C' est à Marchainville , près de Longny-au-Perche que
ces deux passionnés
s' emploient à mettre en valeur ce site historique ,
vestige de l' intense activité métallurgique de la région
jusqu' au XIX° siècle ..


Un merveilleux jardin nous accueille ... -)
La passion d' André nous fait immédiatement entrer dans le vif du sujet ...
Dans la région il y avait tout : le minerai , le bois et l'eau ...
Installée sur la Jambée , la force motrice de l' eau et de la roue
faisaient  fonctionner les soufflets de la forge .


Construit au début du XIII° siècle
Rainville faisait partie d' un ensemble industriel
constitué de trois moulins alentours ...
Ici on produisait déjà du fer dès le début du XIV° siècle ..
Les seigneurs du moment confiaient l' exploitation de ces lieux
à des " maîtres de forge "
qui employaient une main d' oeuvre locale très importante .
C' est ainsi que trois cent familles furent plongées dans la misère
lorsque l'activité cessa pendant 30 ans à la fin du XVII° siècle .


Au XVIII° siècle, une roue à aube actionnait des soufflets
pour obtenir dans le haut fourneau le degré nécessaire à la fusion de la fonte .
Elle n' existe plus aujourd'hui' hui ...
Pendant la Révolution , la forge fut très sollicitée
pour fournir des armes à la République ...


Les piliers et la structure de la Halle aux vins de Bercy
ainsi qu' une grande partie des canalisations parisiennes en fonte ,
comptent parmi les dernières productions traditionnelles
du haut fourneau de Rainville .
Victime de la concurrence d' industries métallurgiques plus modernes
il s' éteint en 1872 ...


Aujourd' hui , ces lieux du labeur d' autrefois se sont transformés
en  un jardin plein de charme qui incite au farniente ...


La gloriette pleine de fleurs mettait un point final à la visite ...


Les étangs alentours me  confirmaient les propos d' André
ici il y avait tout :
le bois pour la chauffe ,  le minerai nécéssaire ,
tel ce gros pavé or ici à gauche juste près du bord ,
  l' eau aux reflets d' or du fer en était la preuve ,
du moins je voulais le croire ... ??
                              
                                                      me manquait juste une libellule ... :-)