--------------- " Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages ,
mais à avoir de nouveaux yeux " ----------

-------------------------------------Marcel Proust-------------

lundi 29 septembre 2014

Sur la terre d' Alsace ...





l' automne a une saveur particulière .
C' est le temps de la récompense ,
le temps des raisins
sucrés , juteux ,
le temps des vendanges ...









partout  dans l' air flotte le parfum des raisins mûrs ...


Niedermorschwihr s' agrippe à flanc de coteau ,
les vignes gloutonnes semblent prêtes à engloutir les jolies maisons ...!


La route qui serpente dans les vignes
 me conduit vers un amour de petite cité , 
Éguisheim , 
un des sept plus ravissants villages de la route des vins d' Alsace , et aussi
 le plus beau village de France choisi par les français pour l' année 2013 .. :-)



En cette fin d' après-midi ,  parcourir  ces ruelles pavées est un pur bonheur,


Je dégustais ces maisons de poupées aux colombages chocolat
et aux crépis glacés à la menthe , à la fraise ou à la vanille ...!


Sous le pressoir le jus s' écoule et chante :

" Un soir, l' âme du vin chantait dans les bouteilles :
- Homme , vers toi je pousse , ô cher déshérité ,
Sous ma prison de verre et mes cires vermeilles ,
Un chant plein de lumière et de fraternité !

Je sais combien il faut , sur la colline en flamme ,
De peine , de sueur et de soleil cuisant
Pour engendrer ma vie et me donner l' âme ;
Mais je ne serais point ingrat ni malfaisant ,


" Car j' éprouve une joie immense quand je tombe
Dans le gosier d' un homme usé par les travaux ,
Et sa chaude poitrine est une douce tombe
Où je me plais bien mieux que dans mes froids caveaux .

Entends-tu retentir les refrains des dimanches
Et l' espoir qui gazouille en mon sein palpitant ?
Les coudes sur la table et retroussant les manches ,
Tu me glorifieras et tu seras content ; 


"  J' allumerai les yeux de ta femme ravie ;
À ton fils je rendrai sa force et ses couleurs
Et serai pour ce frêle athlète de la vie
L' huile qui raffermit les muscles des lutteurs .

En toi je tomberai , végétale ambroisie ,
Grain jeté par l' éternel Semeur ,
Pour que de notre amour naisse la poésie
Qui jaillira vers Dieu comme une rare fleur ! "

                                                                   Charles Baudelaire 
                                                                            - Les Fleurs du Mal , 1861 -






Sur le chemin du retour ,
la brume du soir
 enveloppait  les coteaux ,
le clocher de Turckeim
sonnait l' angélus  ...





C' était l' heure de s' en en offrir un ...de p'tit ballon ... d' Alsace ...?

                                      's gilt ... à la vôtre ..!! :-)
            


dimanche 21 septembre 2014

J' adore marcher ...

Dans le petit matin , la brume caressait les sapins ,


la journée s' annonçait belle .


envie de grimper ,


 de me réveiller avec le soleil ,


de respirer , de trébucher comme autrefois ,











de me relever , 
 toujours , la tête haute garder,


savourer la récompense ,


découvrir un paradis  ,


réchauffer encore mon regard ,


et enfin , au retour , avec elles ... remercier ...:-)

" L' unique moyen de savoir jusqu' où l' on peut aller , 
c' est de se mettre en route et de marcher ."

                         Henri Bergson  
                                                - L' énergie spirituelle - 1919


mercredi 10 septembre 2014

Sur le chemin des amandiers ...

... une fleur d' ajonc ?
"  Il existe , chacun le sait , un village perdu au fin fond de l' Armorique , 
qui résiste éternellement aux invasions des troupes de César ...


Moi , je connais , 
sur les contreforts  pyrénéens ,
un village étonnant
qui résiste imperturbablement aux 
assauts des forces du mal citadin   !



"  Bien sur , l' eau court dans des tuyaux inconnus des arrière-grands-mères ,
 mais on va encore puiser de l' eau à la fontaine d' Andréa 
car cette eau garde la saveur unique des souvenirs d' enfance ;
bien sur , on tourne le bouton pour voir clair sans avoir besoin d' aller chercher 
d' antiques bougies dégoulinantes ;
bien sur on a quelque peu succombé au charme de la machine à laver , mais on connait encore le secret de la fabrication d' un savon magique auquel aucune tache ne résiste , savon fabriqué à la maison avec de l' huile d' olive et surtout de l' huile de coude ...qui le rend plus efficace qu' aucune de nos poudres ou vaporisateurs inventés par d' érudits ingénieurs initiés à tous les mystères de la chimie ! "


" Comme tous les villages de nos pays civilisés (?) ... celui-ci a vu partir ses enfants , obligés d' aller chercher sous d' autres cieux plus urbanisés ,
 des moyens de survivre ...
Mais comme par magie ... une semaine par an , ce village , désert en hiver , retrouve les cris et les rires d' enfants , petits-enfants  et arrière-petits-enfants de ceux qui ont du s' exiler un jour par nécessité vitale !
Comme par magie ... on retrouve les gestes et les coutumes inscrits dans la pierre comme si aucune eau n' avait coulé depuis sous le pont de fer 
qui n' arrive même pas à rouiller !
Les adolescents commencent la fête en allant couper un peuplier aussi haut que possible pour venir le planter au milieu de la place ; à cet arbre famélique on ne laisse que les feuilles du sommet ...il n' a , bien sur , aucune chance de survivre à ces heures de gloire mais s' il perd ses racines de terre , il gagne dans le ciment de la place les racines de l' histoire ... il s' inscrit dans la longue suite de tous 
ces " chopos " venus année après année se planter fièrement au coeur de la vie d' un village bien décidé à ne pas mourir ! 


" Alors sûrement les Anciens trouveraient à dire et à redire ...
sur ce qui se fait moins bien ou qui ne se fait plus ...
Mais il y a plus  à dire sur ce qui se fait encore ... "


" la longue promenade de la statue de saint Roque et de son chien dans toutes les ruelles , le chant de la " jota " et le rythme de la danse  , la fête et la joie partagées entre toutes les générations , les grands-mères dansant avec leurs petites filles , les grands-pères , adossés au bar racontant à leurs petits-fils
les exploits de leur propre jeunesse ! "
Rien d' extraordinaire pendant ces jours de fête , rien de spectaculaire , pas de vedettes internationales , pas de scandale pour alimenter la presse planétaire  ..."


" ...non , rien que du vrai , du simple , du coeur , du fidèle ,
de la joie et des rires ...
Je n' ai pas repéré les Astérix et Obélix locaux , mais je souhaite que longtemps encore ce village ibérique résiste aux sirènes de l' oubli et de l' ultra modernisation ,
 que sur un coin de terre existe encore , ne serait-ce que quelques heures par an , le goût simple des choses simples , la joie de vivre ensemble et d' être heureux ,
la grande richesse de l' authentique ..."  :-))

                                                               Mamita 




 La joie de vivre ensemble et d' être heureux ... ça existe encore ...!
Merci à toi Mamita "  fleur d' ajonc "  pour ces souvenirs ,
tu sais si bien faire parler les cailloux du  petit chemin des amandiers ...
c' est ça la grâce du chiffre  " 7 "... :-))